top of page
Post: Blog2_Post
Rechercher
  • Photo du rédacteurMOTHER MOÏRA

BILAN DE RÉSIDENCE

Dernière mise à jour : 5 févr.

 

LUNDI 27 NOVEMBRE 2023

 

 

Bonjour le monde !

 

3 mois déjà depuis le dernier journal de bord de cette résidence.

C’est le temps qu’il aura fallu pour préparer le déménagement, déménager et emménager un minimum.

Tout n’est pas encore déballé et rangé parfaitement, mais la maison est habitable, vivable, et j’y vois plus clair pour reprendre en charge cette résidence d’artiste-mère, plus consciemment et consciencieusement.

 

Cela dit, le déménagement et ses préparatifs furent une part en soi de cette résidence, puisque rien ne se perd, tout se transforme ! Je n’ai pas manqué de garder traces au maximum de tout ce remue-ménage via des #reportagesdomestiques, des listes de « Charge mentale d’artiste-mère », ainsi que des formes et matières pour mes #territoiresduquotidien.

Je continue également de broder autant que je le peux mon rideau de « Charge mentale arc-en-ciel » de la rue du Laveu.

 

C’est donc avec beaucoup de plaisir que je vous écris depuis mon nouveau bureau/atelier !

 

Récapitulons quelques événements passés durant ce dernier trimestre & quelques annonces pour 2024 (attention, sers-toi une tisane, ça risque d’être dense) :

 

  • Le départ du Laveu a signé la fin du premier essai de « Charge mentale arc-en-ciel » dans l’espace public.


  • C’est dans la même logique que j’ai retiré l’exposition de la « Procreate Project Archive ».

J’espère pouvoir la déployer plus amplement via des partenariats dans un autre temps.


  • J’ai enfin fini de trier mon disque dur externe ! Entre-temps j’ai accumulé des nouveaux fichiers sur mon ordinateur et mon gsm, mais c’est plus rapide à trier. Voilà une bonne chose de faite ! Maintenant, je dois me discipliner à mettre à jour mon site internet !


  • J’ai créé mon activité Smart ! D’abord individuellement, afin de formaliser mon activité artistique et pouvoir facturer mes prestations. Ensuite moralement, en donnant un vrai statut à mon projet « MArTRESCENCE : Artiste&Mère en développement » afin « d’aider tout.e artiste-mère/parent, à développer sa carrière artistique et sa parentalité de façon congruente et émancipatrice, ainsi que de rendre visible, promouvoir et soutenir le travail artistique, domestique, d'éducation et de soin, quotidien, des artistes-mères/parents. »


  • C’est ainsi que le 1er octobre 2023, j’ai effectué ma première prestation artistique rémunérée en tant que médiatrice principale d’une session du jeu « L’Art & Ma carrière » de l’artiste Olivia Hernaïz, durant les Matrimoine Days à Bruxelles.


  • Toujours à Bruxelles, j’ai participé à deux événements de mise en réseau organisés par Women in Art, pour la Biennale du même nom. Un vrai plaisir de me rendre dans le magnifique bâtiment de l’hôtel de ville et de rencontrer des artistes fabuleuses ! J’ai pu me prêter à l’exercice de l’interview à deux reprises également.

  • Du 8 mars au 5 avril 2024 j’aurais l’honneur de participer à l’exposition collective « Tenir le fil, casser le fil », qui se tiendra à la galerie Flux à Liège. « Tenir le fil, casser le fil » est un documentaire sonore réalisé par Nadine Janssens, qui part d’un désir naïf d’interroger les mères et les maternités. Au départ, cette interrogation a pris la forme d’une collecte de récits. Huit femmes ont accepté de parler de mères, qu’il s’agisse de leur(s) propre(s) mère(s) ou d’elles en tant que mères, parfois les deux en même temps. Huit voix contant huit histoires qui dialoguent, s’engueulent, s’ignorent ou se répondent. Huit histoires particulières, effilochées et inachevées, qu’une syntaxe – la grammaire du montage – tente d’articuler. » Je me sens vraiment à ma place et reconnaissante d’avoir été invitée par Nadine Janssens à prendre part à l’exposition attenante à son projet sonore. C’est suite à l’impulsion de son invitation que j’ai débuté la broderie « Charge mentale arc-en-ciel », dont je montrerais une première étape de travail lors de cette expo. La création sonore de N.J est à écouter ici : https://www.d1cg.org/emissions/tenir-le-fil-casser-le-fil/ ou en partie lors du vernissage de l’expo.


  • Du 14 mars au 10 avril 2024, j’exposerais l’état des lieux de cette résidence au Centre Culturel de Chênée. Après ma participation à l’exposition « Borders / Frontières » en avril, j’ai poursuivi le partenariat avec le Centre Culturel pour organiser cette exposition individuelle cette fois (ou presque). Ils m’ont également invité à utiliser un atelier, un grand espace de travail (partagé) pour réaliser certaines pièces de l’exposition. Bien que je n’ai pas encore eu beaucoup l’occasion de m’y rendre, c’est une énorme opportunité pour mettre en place les projets que je ne peux pas réaliser chez moi, malgré mon nouvel espace dans la nouvelle maison.


  • Mais ce n’est pas tout, depuis ce mois d’octobre 2023, j’ai le plaisir de vous présenter Mme Deepijan, officiellement enseignante d’expression plastique ! J’ai été engagée pour quelques heures à l’Institut secondaire Saint-Joseph à Trois-Ponts. Grâce à un remplacement à long et à court terme, j’ai actuellement un peu plus d’un mi-temps, répartis sur le jeudi et vendredi. Finalement, c’est arrivé assez vite. J’avais un peu peur au début, c’est vrai, après deux années à faire d’autres boulots depuis l’agrégation, mais tout revient assez vite, et je potasse beaucoup à la maison, pour être la meilleure enseignante possible. J’ai parfois douté, mais d’y être vraiment me confirme que c’est un métier que j’apprécie de faire, j’aime accompagner les ados dans leur développement personnel grâce à l’éveil de leur créativité. Et puis il n’y a rien à faire, ce travail va m’apporter la sécurité dont j’ai besoin pour rester créative librement également, et continuer à être présente à ma famille du mieux que je peux. Cela va m’aider à rester ancrée, et à sortir de ma zone de confort aussi l’air de rien. En quelques semaines, je sens bien que cela me fait énormément bouger, revoir mes méthodes, mes conceptions. C’est challengeant, et j’ai besoin de cela ! Je fais pas mal de petites erreurs, mais avec la conscience des apprentissages qui en découlent.


J’espère que ma situation continuera d’évoluer dans le bon sens. Et que les va-et-vient avec les démarches pour garder mes droits au chômage ne prendront pas trop de place. J’ai eu un petit coup de chaud quand même au début de mon contrat d’enseignante, quand je n’ai reçu que 170€ de chômage, pour avoir travaillé 3h… Heureusement qu’Olivier travaille, sinon je ne sais pas comment j’aurais fait… Mais bon, on se débrouille, on fait attention, et on s’en sort !


  • J’ai suivi une minie formation d’anglais au FOREM, pour améliorer mes capacités de conversation, nécessaires au développement de mes relations artistiques, et bien utiles ne serait-ce que pour discuter avec des collègues ou partenaires en Flandre ou à Bruxelles, mais aussi avec le réseaux anglophone d’artistes-mères que je souhaite investir. Je sais maintenant que j’ai un niveau B1+ (ce qui est mieux que ce que je pensais).


  • J’ai été recalée aux deux appels à candidatures envoyés dernièrement : Le prix Marie Louise Jacques, et la biennale de l’objet textile, mais je m’y attendais, au stade où j’en suis, c’est de l’ordre de la convention administrative.


  • En tant que Mère, je continue de grandir, tout comme mon fils, qui vient tout juste de rentrer en 1ère primaire !


Le dernier livre lu (« Chasseur, cueilleur, parent » de Michaeleen Doucleff ) m’a apporté pas mal doutils pour envisager ma relation avec Iggy-Zion autrement, et revoir mes attentes éducatives (influencées par les courants d’éducation bienveillante dès la grossesse). Je continue dans la même mouvance, mais avec la ferme volonté de responsabiliser chaque membre de la famille à prendre la pleine part de ses responsabilités, pas par simple obligation, mais par esprit d’équipe, de solidarité. J’essaye de crier moins, d’être plus présente, d’accompagner plus. Et durant ce congé d’automne, en s’installant dans notre nouvelle maison, j’ai senti le changement opérer. Nous sommes en train de vivre un grand renouveau, et je vais en savourer chaque étape.


Bien que je continue à être celle qui a la plus grosse charge de travail éducatif et domestique, le regard que je développe artistiquement et philosophiquement me permet de ne plus le vivre comme un poids insurmontable, mais comme une opportunité de créer toujours plus, et fondamentalement de prendre soin de moi, de ceux que j’aime, et de la maison qui m’apporte tant de confort et de joie.

Loin d’être une forme d’acceptation naïve d’une aliénation de la femme dégradante et restrictive, c’est au contraire une façon de transformer cette aliénation en reprenant le pouvoir sur les choix de vie que je souhaite actuellement pour moi et ma famille. Ce que je souhaite, c’est la synergie des membres de notre famille, vers le respect et le bien-être de chacun.e. Et au bout du compte, plus je prends soin des autres, plus ils prennent soin de moi.

 

 

Voilà pour le point sur les dernières nouvelles.


J’ai donc beaucoup de travail qui m’attend de tous côtés, pour assumer mes responsabilités d’enseignante débutante, mais aussi pour honorer mes objectifs artistiques pour les trois expos de mars/avril 2024 ! C’est donc très activement que je vais poursuivre cette résidence jusqu’à sa fin, tout en continuant de chercher à compléter mon horaire de prof.


Je pense également (essayer de) réaliser plus activement des post plus courts, mais plus nombreux sur Instagram afin de montrer les processus et l’évolution de mon travail, et de les rassembler régulièrement en article récapitulatif ici.  

 

De nouveaux défis en perspectives, de nouveaux ajustements, de la nouvelle matière donc !

 

À bientôt,


PS: L'image de couverture de ce bilan sera personnalisée quand j'aurais réactivé mon abonnement Adobe Creative Cloud (bah oui, ça coûte un bras ce truc, et il a fallu réduire le budget ce mois-ci, donc bon...)

 



 

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page